IMG_2956« La constitution ne prévoit nullement que si la Ceni ne parvient pas à organiser l’élection du président de la république dont le nombre des mandats est limité à deux, elle peut s’adresser à la cours constitutionnelle pour une petite extension », a déclaré lundi 28 mars Jérôme Bonso, secrétaire permanent de l’ONG « Agir pour des élections transparentes et apaisées » (AETA).

Le président de la commission électorale, Corneille Nangaa, a indiqué le 17 mars dernier qu’il comptait introduire une requête à la Cour constitutionnelle pour obtenir « une petite extension » pour pouvoir organiser l’élection présidentielle. Le deuxième et dernier mandat de l’actuel chef de l’Etat s’achève en décembre. Mais la Ceni a fait savoir que des contraintes techniques ne lui permettaient pas d’organiser cette élection dans le délai.

Pour Jérôme Bonso, la Cour constitutionnelle et la Ceni n’ont pas le droit de proroger le mandat présidentiel.

« Ni la Cour constitutionnelle ni la Commission électorale nationale indépendante n’ont la prérogative constitutionnelle de proroger le mandat du président de la République par l’adoption d’un calendrier extra-délai constitutionnel » a-t-il fait savoir.

Il recommande au président de la République de jouer son rôle de garant de la constitution et à la cour constitutionnelle de respecter la constitution.

Lire aussi sur AETA :

Comments are closed.