Dans un communiqué publié mercredi 29 février à Kinshasa, l’association africaine de défense des droits de l’homme (Asadho) dit être préoccupée du boycott des travaux de l’Assemblée nationale par certains partis politiques de l’opposition. Cette ONG recommande à ces partis de constituer un grand groupe parlementaire afin de défendre les vrais problèmes de la population en prenant part à la session extraordinaire.

Pour l’Asadho, la participation de tous les députés nationaux de l’opposition aux plénières permettra de contrôler le gouvernement ainsi que la Commission électorale nationale indépendant (Ceni).

Les députés de l’Union pour la démocratie et le progrès (UDPS), parti de l’opposant Etienne Tshisekedi, et leurs alliés de la Démocratie chrétienne de Diomi Ndongala boycottent les travaux de l’Assemblée nationale.

Le doyen d’âge de l’Assemblée nationale, qui assume les fonctions de président dans l’actuel bureau, a assisté aux travaux depuis leur reprise.

Le leader de l’UDPS, qui conteste les résultats de la présidentielle qui le placent en deuxième position derrière le président Joseph Kabila, avait annoncé qu’il « annulait » les élections législatives en RDC.

Lire aussi sur AETA :

Comments are closed.